A propos

Association d’Encre et de Plomb

Gutenberg a inscrit son nom dans la lignée des géants de la Renaissance. La composition à partir de caractères en plomb et l’impression typographique ont été, 500 ans durant, le procédé d’impression majeur. En 1493 déjà, un certain Jean Belot imprimait à Lausanne un psautier. Pendant le demi-millénaire qui suit, Lausanne comptera une multitude d’imprimeurs et officines réputés loin à la ronde.

Du livre au journal, en passant par les imprimés commerciaux, les almanachs, les cartes à jouer et les partitions musicales, bien d’autres imprimés ont été produits et diffusés. La société toute entière a bénéficié des progrès techniques.

Au tournant des années 1970, la disparition de ce procédé d’impression, et par conséquent des équipements s’y rapportant, a incité une poignée de «mordus» à se regrouper au sein de l’Association d’Encre et de Plomb. Un des buts était de sauver un pan du patrimoine des arts graphiques.